Travaux universitaires

Cette page présente, de manière non exhaustive, quelques-uns des mémoires de master, de thèses et de thèses HDR soutenues ces dernières années en France en sigillographie et en héraldique.

Master

Philippe PALASI – Essai sur l’héraldique non-noble en Artois et en Picardie des origines au XVe siècle d’après les sources sigillographiques. Mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de MM. Jean Favier et Michel Pastoureau (1982), 93 p. [mise en ligne le 11.01.2016]. Télécharger .

Thèses de doctorat

Tapisserie de la reine Mathilde (vers 1066-1082). Bayeux, Musée de la tapisserie

Empreinte  détachée  du premier grand sceau du comte de Champagne Henri Ier le Libéral, en usage entre 1152 et 1176. Arch. dép. Aube, 42 Fi 2.

Arnaud BAUDIN – Emblématique et pouvoir en Champagne. Les sceaux des comtes de Champagne et de leur entourage (fin XIe-début XIVe siècle)

Adopté par Hugues Ier dans les dernières années du XIe siècle, l’usage du sceau se diffuse progressivement à l’entourage du comte de Champagne. Le corpus sigillaire des membres du lignage thibaudien, des officiers et de l’administration comtale offre ainsi un ensemble cohérent de 192 sigillants et 273 sceaux, en Champagne mais également en Navarre après la succession de 1234.
Le sceau porte l’image médiatique de son possesseur, une image à la fois personnelle, emblématique et généalogique. Appendue à la charte qu’elle valide, l’empreinte sigillaire véhicule les aspirations politiques et culturelles du comte et de son entourage et témoigne des stratégies de la représentation à la cour de Champagne. L’exemple de Thibaud IV, apposant pour la première fois son sceau à l’âge de treize ans, interroge ainsi sur la figuration en armes d’un prince n’ayant pas encore été adoubé et sur le commanditaire d’une matrice dont la logique s’inscrit dans le renforcement d’un pouvoir alors contesté.
Le sceau est aussi le réceptacle privilégié des armoiries. Celles de la maison bléso-champenoise apparaissent en 1176 sur un sceau d’Henri le Libéral, tandis que Thibaud IV imagine celles de la Navarre. Plus qu’une simple signalétique, cette héraldique reproduite sur les sceaux de l’administration manifeste la puissance comtale et fait naître, dans la conscience collective, le sentiment d’appartenance à la principauté. Par ailleurs, l’étude du système emblématique des hauts dignitaires éclaire sous un jour nouveau la question des relations féodo-vassaliques dans la Champagne médiévale.

Thèse soutenue à Paris I-Panthéon-Sorbonne le 19 décembre 2009 devant un jury composé de Mme Béatrice LEROY, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, MM. Patrick DEMOUY, Professeur à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne, Jean-Luc CHASSEL, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Michel PARISSE, Professeur émérite à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne et directeur de thèse, et Michel Pastoureau, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études.

Arnaud DEGOUZON – La notion de sceau authentique au Moyen Âge : doctrine et pratique

Cette thèse étudie la notion de sceau authentique au Moyen Âge. Elle aspire à proposer une définition du sceau à travers la lecture des lois et commentaires médiévaux. Ce travail nous permet de considérer qu’un acte scellé d’un sceau authentique était avant toute autre chose un instrument au service du pouvoir et des justiciables. Pour être reconnu comme authentique, le sceau devait répondre à un ensemble de conditions. Il devait donc : respecter un ensemble de formalités ; avoir été reçu, rédigé et vérifié par des agents compétents et avoir donné lieu au paiement d’une taxe sans laquelle l’acte n’aurait pu être authentique puisque d’une part il n’aurait pas été scellé et d’autre part il n’aurait pas été conservé. Une telle analyse met en lumière l’idée selon laquelle l’authenticité n’existe pas en soi mais se présente comme le résultat d’un processus de contrôle et de vérification créé par l’autorité publique et mis en œuvre par des agents spécialement habilités par elle. Cette étude nous donne également l’occasion d’observer que l’écrit n’était pas aussi déprécié dans la société médiévale que ne le pensait traditionnellement la doctrine en histoire du droit. Elle nous a enfin offert l’opportunité de reconsidérer le rapport entre la preuve scripturale et la preuve testimoniale.

Thèse soutenue le 14 février 2014 devant un jury composé de M. Christophe ARCHAN, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur de recherche, Mme Marie BASSANO, Professeur à l’Université Clermont Ferrand I Auvergne, M. Jean-Luc CHASSEL, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, M. Michel PASTOUREAU, Directeur d’étude à l’École Pratique des Hautes Études, M. Laurent PFISTER, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas et M. Franck ROUMY, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Isabelle GUERREAU – L’auto-représentation du clergé saxon au Moyen Âge d’après les sceaux

La présente analyse de l’auto-représentation du clergé médiéval du Nord de l’Allemagne repose sur un corpus représentatif de plus de 1800 sceaux d’ecclésiastiques de tous types provenant de quatre diocèses saxons (Halberstadt, Hildesheim, Paderborn et Verden), des premiers sceaux encore conservés jusqu’ à 1500. Il reprend des dessins et photographies déjà publiés mais dispersés, et est complété par les reproductions et descriptions de nombreux sceaux jusqu’alors inconnus ou difficilement accessibles. Le corpus est accompagné d’une étude de l’évolution numérique de la production de matrices selon les périodes et les types d’ecclésiastiques. Les divers éléments constitutifs du sceau ont été étudiés un par un, afin de discerner les variations entre les choix des groupes selon leur fonction ou leur appartenance à un type d’institution particulier ainsi que l’évolution de ces choix. Les résultats confirment l’intérêt du sceau comme élément révélateur des représentations des individus, puisque l’on observe une adéquation entre la composition des sceaux et la fonction des individus, une organisation du corpus et de ses évolutions qui reflète nettement le dispositif hiérarchique de l’Eglise. L’on observe aussi le destin d’un objet qui resta longtemps très rare et réservé aux membres les plus élevés de la hiérarchie et qui, entre 1250 et 1320 environ se répandit dans les rangs inférieurs et semble avoir ainsi perdu progressivement sa valeur forte comme support d’auto-représentation (auparavant traduite par des choix clairs de motifs par lesquels l’ecclésiastique exprimait son insertion dans un ou plusieurs groupes sociaux) pour ne plus garder qu’une certaine valeur juridique.

Thèse soutenue en 2006 à l’Ecole pratique des Hautes Études, en co-tutelle, sous la direction de MM. Michel PASTOUREAU, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, et Wolfgang PETKE, Professeur à l’Université de Göttingen.

Caroline SIMONET – Sceau et pouvoir à Laon et à Soissons, du XIe au XVe siècle

L’usage du sceau dans les diocèses de Laon et de Soissons est envisagé comme outil de pouvoir sur la durée (cinq siècles). C’est l’ensemble des sigillants de ces deux régions qui est abordé. Dans un premier temps, l’angle purement sigillographique est abordé avec une série de comptages présentant de façon détaillée les caractéristiques d’un corpus de 1828 empreintes, correspondant à 710 matrices de sceaux et 445 sigillants. Dans un deuxième temps, une analyse des usages des Grands (évêques, comtes de Valois, Roucy, Soissons, sires de Coucy, femmes de l’aristocratie – dont les abbesses) permet de saisir la place du sceau dans l’affirmation du rang, l’estime portée au lignage ou au siège épiscopal, la revendication de droits… Suivent une présentation des deux principales juridictions (les officialités épiscopales et le bailliage royal de Vermandois) et de leurs rivalités exacerbées, dont le sceau est l’outil, voire l’arme. Enfin le monde des petits sigillants, requis pour des arbitrages, l’administration royale ou communale, révèle des usages spécifiques où le service des Grands permet d’asseoir la valeur authentique d’un sceau théoriquement privé.

Thèse soutenue à Paris I-Panthéon-Sorbonne en décembre 2008 devant un jury composé de MM. Dominique BARTHELEMY, Professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne, Ghislain BRUNEL, Conservateur en chef aux Archives nationales, Jean-Luc CHASSEL, Maître de conférence HDR à l’Université Paris X-Nanterre, Laurent MORELLE, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, Michel PARISSE, Professeur émérite à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne et directeur de thèse.

Nicolas VERNOT – Le cœur en Franche-Comté à l’époque moderne : iconographie et symbolique
A l’époque moderne, l’homme évolue au milieu d’une multitude de cœurs figurés, du berceau à la tombe, en contexte profane comme sacré. Cette thèse se propose de rendre compte de ce phénomène iconographique majeur de l’histoire occidentale en étudiant les images et la symbolique du cœur, aussi complètement possible, dans un territoire donné, la Franche-Comté. Le premier livre, « Cœur et salut », aborde la question de l’évolution du savoir médical sur l’anatomie et les fonctions du cœur, avant de développer la riche histoire religieuse du cœur et de ses images, dans un contexte marqué par l’esprit de la Contre -Réforme et la promotion de la dévotion au Sacré-Cœur. Le second livre, « Le cœur au foyer » est consacré aux représentations et à la symbolique du cœur dans les relations matrimoniales et familiales, les rapports amoureux, dans l’univers domestique, les objets de la vie quotidienne et le bâti des maisons, notamment les portes et les cheminées. La réflexion aborde notamment la question de la puissance apotropaïque des images du cœur. Le troisième livre, « Le cœur en société », examine l’utilisation du cœur comme marque publique d’identité, personnelle ou collective, en rapport avec l’anthroponymie, les seings et les signatures, l’héraldique, mais aussi dans le cadre de l’emblématique professionnelle, en incluant les marques de fabrique et de marchand. Dans le registre politique, le cœur est abordé comme signe de faction, de ralliement, de loyauté ou d’attachement au prince.

Thèse soutenue à l’Ecole pratique des Hautes Études le 20 décembre 2014 devant un jury composé de MM. Jean-Luc CHASSEL, Maître de conférence HDR à l’Université Paris X-Nanterre, Luc DUERLOO, Professeur d’histoire politique à l’Université d’Anvers, Michel PASTOUREAU, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études et directeur de thèse, François PERNOT, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, et Olivier PONCET, Professeur à l’École nationale des chartes.

Thèses d’habilitation à diriger des recherches

Laurent MACE – Auctoritas et memoria. Représentations et pratiques sigillaires au sein de la maison raimondine (XIIe-XIIIe  siècles)

Ce travail inédit aborde une histoire emblématique totale des sceaux raimondins : ceux-ci sont envisagés en tant qu’« image-objet », à la fois comme un signe de validation, un acte d’autorité et une représentation sociale. Dans cette perspective, le propos se déploie dans trois directions : une première partie se présente à la fois comme un inventaire raisonné et une analyse de la « genèse, des usages et du devenir des marques comtales », c’est-à-dire grands sceaux et bulles de plomb confondus ; en toute logique, l’apparition d’une héraldique proprement raimondine est observée en détail. Une deuxième partie est consacrée au grand sceau et explore le sens des représentations figurées à son revers (l’image classique du type équestre de guerre) et à son avers (l’image beaucoup plus singulière de la majesté toulousaine), en relation étroite avec le contexte idéologique qui les a vu naître (les modèles capétien et plantagenêt, l’influence du droit savant), et en incluant également la « parenthèse » des comtes issus de la maison de Montfort, imposés par la croisade contre les Albigeois. Une troisième partie étudie la circulation des figures (titulatures, motifs) au sein des réseaux princiers, en privilégiant la parenté par le sang (frères, filles, cousins, nièces et neveux) ou par l’alliance (épouse, gendre, alliés plus lointains), sans négliger quelques contre-exemples (comtes de Comminges, comtes de Forcalquier) permettant de mieux comprendre le fonctionnement et les limites de ce qui n’apparaît jamais comme un système.

Thèse HDR soutenue le 22 novembre 2014 à l’Université de Toulouse devant un jury composé de Mme Hélène DÉBAX, Professeur à l’université Toulouse II-Jean Jaurès et de MM. Jean-Loup ABBÉ, Professeur à l’université Toulouse II-Jean Jaurès, garant, Frédéric BOUTOULLE, Professeur à l’université Bordeaux III-Michel-de-Montaigne, rapporteur, Jean-Luc CHASSEL, Maître de conférences HDR  à l’université Paris-Ouest – Nanterre-La Défense, Florian MAZEL, professeur à l’université Rennes II, rapporteur, et Jean-François NIEUS, chercheur qualifié au FNRS, professeur aux facultés universitaires de Namur.

Tapisserie de la reine Mathilde (vers 1066-1082). Bayeux, Musée de la tapisserie

Frédéric III et Giovanni Bianchini (détail)

Laurent HABLOT – Formes et fonctions de l’emblématique européenne (XIIe-XVIe siècle). Mémoire inédit : Affinités héraldiques. Concessions augmentations et partages d’armoiries au Moyen Age (1500 p.)

L’objet de cette recherche inédite porte sur les conditions, les formes et les fonctions des partages d’armoiries hors du cadre lignager en Europe au Moyen Âge. Au fil de cette enquête il apparaît d’une part que les concessions de ce droit d’ajouter à ses armes celles d’une autre personne – seigneur, patron, chef de parti, institution – se retrouvent dès les origines de l’héraldique, dans le cadre particulier des partis de parrainage en chevalerie (qui précèdent chronologiquement les partis matrimoniaux) et entretiennent des liens étroits avec les groupes d’armoiries ; d’autre part que les partages d’armoiries sont bien plus répandus que les précédents travaux sur le sujet semblaient l’affirmer. Ces partages procèdent également des associations d’armoiries (le fait d’exposer côte à côte deux armoiries dans une démonstration publique) et révèlent un pan mal connu des fonctions de l’héraldique pensée comme le signe privilégié de la parenté choisie, dimension essentielle de la solidarité médiévale. Après avoir analysé les origines du phénomène, le présent mémoire dresse un catalogue de plus d’un millier de cas recensés à travers l’Europe pour en proposer une analyse de détail traitant des problématiques politiques et sociales, du blason de la concession, de la représentation de ces pratiques entre mythe de la concession et légendes héraldiques, des incidences juridiques de ces partages, etc.

Thèse HDR soutenue le 5 décembre 2015 à l’Ecole pratique des Hautes études devant un jury composé de M. Michel PASTOUREAU, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes études (garant), Mme Frédérique LACHAUD, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Martin AURELL, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, M. Jean-Marie MOEGLIN, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes études et professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris IV Sorbonne, M. Michel NASSIET, professeur d’histoire moderne à l’Université d’Angers, et M. Andreas ZAJIC,  professeur d’histoire médiévale à l’Université de Vienne, chercheur  à l’Österreichische Akademie der Wissenschaften.

 

Comments are closed.