Actualités

Bulletin et lettre d’information

Le bulletin de liaison trimestriel et la lettre d’information présentent le programme des activités de la Société ainsi que l’actualité de l’héraldique et de la sigillographie (publications, colloques, expositions, etc.).

Lettre d’information n° 60 (novembre 2021) – Mise en ligne le 31.10.2021.

Lettre d’information n° 61 (novembre 2021-2) – Mise en ligne le 21.11.2021.

Les anciens numéros sont consultables sur la page des archives de la lettre d’information.
Vous pouvez également retrouver les dernières parutions de la SFHS sur Academia.

Assemblée générale de la Société française d’héraldique et de sigillographie

Contrairement aux espoirs que nous avons longtemps entretenus, il n’a pas été possible de tenir physiquement notre assemblée générale de 2021 au mois décembre.

La recrudescence de l’épidémie nous contraint donc à convoquer cette assemblée à nouveau sous forme de visioconférence le jeudi 27 janvier 2022 à partir de 18 heures 30.

Lien de connexion : https://us06web.zoom.us/j/81810682278?pwd=aDBtY0x1N1cvdTZITkpYNkdMbGNFZz09

Numéro de réunion : 818 1068 2278 – Code d’accès : 161753

Ordre du jour :

– Rapport moral présenté par M. Dominique Delgrange, secrétaire général.

– Rapport financier présenté par Mme Hélène Loyau, trésorière, et quitus des comptes de l’année 2021.

– Admission des nouveaux adhérents.

– Montant des cotisations.

– Prévisions d’activité pour l’année 2022.

– Questions diverses.

L’assemblée sera suivie d’une communication de Jean-Luc Chassel : « Questions héraldiques autour d’Enguerrand de Marigny et de la collégiale Notre-Dame d’Écouis (Eure) ».

Si vous ne pouvez prendre part à cette assemblée par visio-conférence, vous pouvez donner procuration à un autre membre de la Société en complétant ce formulaire.

Colloques internationaux : La sigillographie médiévale en Catalogne et dans l’Europe méditerranéenne. Études comparatives – Appel à communications

Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 9-11 novembre 2022 : La sigillographie médiévale en Catalogne et dans les territoires de la Couronne catalano-aragonaise dans un contexte européen

Naples, Università degli studi Federico II, 23-24 novembre 2022) : La sigillographie féminine dans l’Europe méditerranéenne catalano-aragonaise et angevine
Entre 1916 et 1932 étaient publiés les 5 volumes d’un ouvrage fondamental de l’historiographie catalane et de la sigillographie du premier tiers du XXe siècle : Sigillografia catalana. Inventari, descripció i estudi dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939), membre de l’Institut d’Estudis Catalans. Le deuxième volume vit le jour en 1922. À cette occasion, l’Institut d’Estudis Catalans, sous la direction de Xavier Barral i Altet, et l’Université de Naples Federico II, sous la direction de Vinni Lucherini, organisent deux colloques internationaux de sigillographie médiévale. Le cadre géographique n’est pas limité à la Catalogne ; il s’étend à l’Europe méridionale méditerranéenne et aux territoires de l’ancienne Couronne catalano-aragonaise, ainsi qu’aux échanges européens. Les colloques seront ouverts à tous les aspects de la sigillographie, royale, nobiliaire, ecclésiastique, urbaine, etc. Par Études comparatives on comprend aussi bien les relations entre la Catalogne, l’espace méditerranéen et l’Europe, que les études comparatives entre disciplines, sigillographie, histoire, histoire de l’art, littérature, liturgie, archéologie ou numismatique. On accueillera avec plaisir les contributions sur les collections ou les personnalités du collectionnisme de sceaux médiévaux, depuis le Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui. À Barcelone seront présentées les questions générales, monographiques ou comparatives, tandis qu’à Naples on se concentrera sur les sceaux féminins. Les colloques produiront deux publications complémentaires à Barcelone et à Naples. Le présent appel à communications demeurera ouvert jusqu’au 30 janvier 2022. Les candidats sont priés d’envoyer à l’adresse de courriel congressegells2022@gmail.com un titre et un résumé de la communication proposée ensemble avec un bref curriculum vitæ. Les frais de voyage et de logement seront à la charge des communicants acceptés. L’organisation prendra à sa charge, en revanche, tous les frais collectifs, repas et pause-café, les publications issues des colloques, ainsi qu’un ensemble de publications qui seront offertes aux participants.
Télécharger l’appel à communications

Sceaux français de l’ordre de Prémontré : parution du tome 90-91 de la Revue française d’héraldique et de sigillographie

Le nouveau tome de la Revue, n° 90-91 correspondant aux années 2020-2021, vient de paraître aux éditions du Léopard d’Or. Publié à l’occasion du Neuvième centenaire de la fondation de Prémontré, avec le soutien de l’abbaye Notre-Dame de Leffe, du Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture) et du Centre d’études et de recherches prémontrées (CERP).

À l’image de l’ensemble des institutions religieuses issues de la réforme grégorienne, l’ordre de Prémontré fondé en 1121 par Norbert de Xanten accompagne l’essor de l’usage du sceau dans les milieux monastiques. Dès les années 1140, selon un processus empreint du plus grand pragmatisme, les abbayes prémontrées se dotent, selon les cas, d’un sceau commun ou d’un sceau conventuel doublé d’un sceau abbatial pour la validation des actes du quotidien (litiges et règlements de procès, acquisitions et échanges, abandons de droits, communautés de prière, etc.). Contrairement à l’ordre de Cîteaux, qui encadre strictement l’usage du sceau jusqu’à définir la forme et l’iconographie de la matrice, l’ordre de Prémontré ne réglemente pas cette pratique dans ses statuts avant le second tiers du xiiie siècle. La plus grande diversité s’observe donc dans la pratique jusqu’à une bulle de Grégoire IX en 1232.

Fruit d’une enquête auprès des services d’archives français et belges, ce corpus réunit quelque 360 sceaux (chapitre général, abbayes, abbés et dignitaires) documentant 73 abbayes de l’ordre de Prémontré situées à l’intérieur des limites géographiques de la France actuelle entre le xiie et le début du xivie siècle.

Édité par la Société française d’héraldique et de sigillographie (SFHS) à l’occasion du 9e centenaire de la fondation de l’abbaye de Prémontré, avec le soutien de l’abbaye de Leffe (Belgique, O. Praem.), du Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture) et du Centre et de recherches prémontrées (CERP), cet ouvrage se veut tout à la fois un outil de travail pour de nouvelles recherches sur l’histoire du sceau monastique et un livre d’images et de découverte de la sigillographie de cet ordre de chanoines réguliers toujours vivant.

Les auteurs

Arnaud Baudin, docteur en Histoire, directeur adjoint des Archives et du Patrimoine du département de l’Aube, vice-président de la Société française d’héraldique et de sigillographie.

Clément Blanc-Riehl, historien de l’art, responsable du centre de Sigillographie et d’Héraldique des Archives nationales (Centre d’accueil et de recherche des Archives nationale, Paris), vice-président de la Société française d’héraldique et de sigillographie.

Ont collaboré à l’ouvrage : Martine Plouvier, historienne, conservatrice en chef honoraire du Patrimoine, présidente du Centre d’études et de recherches prémontrées (CERP) ; Martine Fabre, docteure en Histoire, sigillographe.

Sommaire du tome 90-91 (2020-2021)

Appel à contribution

Colloque international « Inventorier et cartographier les savoirs, de Gaignières au numérique », 15-16 septembre 2022, Ecole du Louvre
Depuis 2014, le programme de recherche Collecta interroge les pratiques érudites du Grand Siècle et les met en perspective à partir de l’exemple de la collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715). Sa reconstitution et sa mise en ligne ont requis la création d’un outil numérique (collecta.fr) qui tente de rendre compte des liens et des cheminements qui se trament, au sein de la collection. Le colloque cherchera à articuler un questionnement méthodologique sur les pratiques de la recherche contemporaine avec une réflexion sur les centres d’intérêt et les méthodes des érudits modernes : histoire des familles, de l’Europe, patrimonialisation et visualisation.

Des contributions seront notamment très appréciées en héraldique, autour des questions de marquage emblématique, d’érudition armoriale, du lien avec la généalogie ou les écritures administrative. Voir l’appel à contributions et les détails sur : le carnet du projet.

Annonces de parution

Laurent MACE (dir.), Jeux de miroir. Le sceau princier au Moyen Âge (XIe-XIVe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. Tempus, 2021, 16 × 24 cm, 294 p., 108. ill. ISBN : 978-2-8107-0738-6. Prix : 28 €. En souscription jusqu’au 3 novembre 2021 au prix de 22,50 €.

Consacrés aux sceaux princiers de la seconde partie du Moyen Âge, les travaux contenus dans ce volume mettent l’accent sur l’histoire des figurations, des symboles et de l’imaginaire social.
Enquêter sur les « jeux de miroir » est une démarche appropriée pour aborder les élites princières tant il est évident que la représentation du pouvoir médiéval se donne à voir. Les empreintes conservées dévoilent les stratégies de médiatisation mises en place afin de définir le rang que tiennent les lignages princiers à l’intérieur du groupe aristocratique. Elles ouvrent d’intéressantes perspectives sur la notion de transfert artistique, une des orientations actuelles de l’histoire de l’art mais aussi de l’histoire. Et l’on peut enfin constater que la circulation de certains des modèles sigillaires qui sont diffusés dans les cours princières est largement agencée par une aristocratie au féminin que l’on découvre très active en ce domaine.
De l’Italie septentrionale au Brabant, des contreforts pyrénéens aux monts d’Auvergne, en passant par le couloir rhodanien et son embouchure, l’éventail des cas traités se veut ouvert sur une aire géographique très large.

Télécharger le bon de souscription

Pierre COUHAUT (dir.), L’héraldique en Europe et en France au XVIIe siècle. Savoirs, pratiques, usages, Revue XVIIe siècle, n° 291, 2021/2, Presses universitaires de France, 218 p. – ISSN : 0012-4273 – 25 €

Sommaire : Pierre Couhault, « Introduction. Le grand siècle de l’héraldique », p. 5-32 ; Guy Mayaud, « Méthodes et réflexions du père Ménestrier et des érudits héraldistes. En quête d’un ethos du blason », p. 33-45 ; Laurent Hablot, « Savoir et pratique héraldique au XVIIe siècle, l’exemple de Gaignières », p. 47-62 ; Miguel Metelo de Seixas, « Une pierre d’aimant qui attire tout. L’héraldique au Portugal au XVIIe siècle, un savoir disputé », p. 63-78 ; Clément Savary, « L’écu écartelé au XVIIe siècle. Un outil du discours identitaire des nobles », p. 79-95 ; Yvan Loskoutoff, « Antonio Tempesta imitateur de Natale Bonifacio. Les soixante-et-une allégories héraldiques gravées de Paul V Borghèse (1605-1621) », p. 97-118 ; Dominique Delgrange, « Une culture du faux. Les frères de Launay, faussaires héraldiques du XVIIe siècle », p. 119-139.

Lire

Dominique DELGRANGE, Certains l’aiment faux. Impostures héraldiques, généalogistes, héraldistes faussaires au XVIIe siècle. Les frères Pierre et Jean de Launay, Genealo, Wasquehal, 306 p. – ISBN : 9791094623046 – 25 €

L’histoire et le secrets de fabrication des fameux frères de Launay, généalogistes, héraldistes,  faussaires qui sévirent depuis Bruxelles, puis Tournai, plusieurs fois condamnés et toujours d’actualité !

Éditeur : CHGW Genealo 59-62-B
Association de Loi 1901 créée en 1991
Maison des associations
17, rue Jean Macé
59290 – Wasquehal

http://www.genealo.net